FAQ

Q: Un patient présente un trouble olfactif aigu et une dysgueusie - cela peut-il être un signe d'infection COVID ?

A: Oui, un trouble olfactif aigu se produit - selon les connaissances actuelles - chez jusqu'à 60% des patients atteints de COVID 19. Les troubles de l'odorat figurent également sur la liste des symptômes de l'OFSP (https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/krankheit-symptome-behandlung-ursprung.html)

 


Q: Un tel patient (voir ci-dessus) doit-il être soumis à un examen approfondi et endoscopique ?

A: Dans la situation aiguë, non, car le patient est potentiellement malade avec COVID 19 et doit donc être considéré comme infectieux. Selon l'état actuel des connaissances, les troubles olfactifs dans ce contexte sont temporaires, bien qu'il manque encore des données exactes sur la durée des troubles olfactifs.


Q: Les patients atteints de cholestéatome devraient-ils être traités et opérés pendant la pandémie de COVID 19 ?

A: Les patients atteints de cholestéatome sec et donc inactif peuvent être inscrits sur une liste d'attente et ne seront pas opérés avant quelques semaines ou mois. Les patients, en particulier les enfants souffrant d'otorrhée fœtale, doivent être traités localement en ambulatoire, l'étendue de la maladie doit être précisée par imagerie et l'urgence de l'opération doit être évaluée médicalement. Si des complications infectieuses ou une augmentation de la corrosion ossiculaire sont imminentes dans les prochains mois, l'intervention chirurgicale doit néanmoins être planifiée et réalisée à un stade précoce dans un hôpital équipé à cet effet.

Q: Comment dois-je me comporter en pratique pendant une épistaxis lorsque le statut de covid n'est pas clair ?

A: Les examens et les procédures sur le nez (chez les patients covid) font probablement partie des procédures les plus dangereuses, car non seulement ils forment des aérosols, mais ils sont également effectués dans une zone à forte charge virale. Par conséquent, l'indication des interventions/examens doit être aussi restrictive que possible. Un test PCR covid négatif antérieur peut réduire la probabilité pré-interventionnelle d'infection, mais ne l'exclut pas complètement. De nombreuses institutions essaient de procéder à des examens et des procédures nasales urgentes uniquement après un test négatif. Toutefois, si une telle procédure est indiquée, les mesures de protection maximales disponibles doivent être prises sur place. Il s'agit au minimum de masques de protection FFP2, de protections oculaires, de gants (doubles) et de dispositifs d'aspiration, selon les disponibilités. L'hygiène personnelle et l'évitement de l'auto-contamination sont essentiels.

Q: Quelles sont les considérations actuelles basées sur la situation COVID-19 chez les patients atteints de paralysie faciale périphérique aiguë, de surdité idiopathique aiguë, de la maladie de Ménière et d'insuffisance vestibulaire périphérique aiguë ?


A:

Situation initiale :

Il existe des références cliniques et des premières publications (par exemple Russell et al. Les preuves cliniques ne soutiennent pas le traitement corticoïde pour les lésions pulmonaires dues au nCoV 2019. The Lancet (2020) ; 20:30317-2.) que l'utilisation systémique de corticostéroïdes peut prolonger ou aggraver l'évolution d'une infection à Covid-19 (élimination retardée du virus). Par conséquent, de nombreuses sociétés professionnelles ont tendance à déconseiller la prescription de stéroïdes.  Le SGORL recommande, en consultation avec l'AG Otologie et diverses cliniques, la poursuite de la formation :

Menière/échec de l'investissement :
L'application de stéroïdes systémiques (par voie orale ou intraveineuse) doit être évitée, mais seulement un traitement symptomatique, antiémétique et une substitution suffisante des liquides.

Perte auditive aiguë :
Une perte auditive aiguë légère (<40dB) ne doit pas recevoir de stéroïdes systémiques. Une surdité soudaine modérée ou même une surdité peut se produire :
- chez les patients sains, covariables négatifs, doivent continuer à être traités par des stéroïdes systémiques. Le patient doit continuer à être informé des risques et surtout des précautions supplémentaires telles que la distanciation sociale, le port d'un masque, la désinfection des mains.

- Il est également possible d'administrer de la dexaméthasone par voie intratympanique ou de diriger le patient vers un collègue ORL de la clinique où ces injections peuvent être effectuées.  Les données actuelles ne montrent aucun avantage d'une thérapie systémique par rapport à une thérapie intratympanique.
- Patients >65 J, Les patients à risque covarique ne doivent pas être traités avec des stéroïdes systémiques

Parésie/paralysie du nerf facial :

Les données suggèrent un bénéfice du traitement aux stéroïdes en termes de récupération. Il s'agit donc d'un cas similaire à la perte d'audition :
- Chez les patients en bonne santé, les patients Covid négatif peuvent encore être traités avec des stéroïdes systémiques. Le patient doit être informé des risques et surtout des précautions supplémentaires telles que la distanciation sociale, le port d'un masque, la protection des yeux (pansement en verre de montre) et la désinfection des mains. Comme le patient se frotte l'œil à plusieurs reprises avec la PF, les précautions contre l'infection par les covariables doivent être suivies scrupuleusement.
- Chez les patients >65 J, il ne faut pas prescrire de stéroïdes systémiques aux patients à risque de covariectomie, mais il faut prendre les mêmes précautions méticuleuses.

Pour ce résumé : Pr Dr méd Thomas Linder


Q: Est-il possible de procéder à une évaluation supplémentaire de l'aide auditive ?

A: https://www.bsv.admin.ch/bsv/fr/home/assurances-sociales/iv/grundlagen-gesetze/iv-corona.html

 

 


IMK Institut pour la médecine et la communication SA
Münsterberg 1
CH-4001 Bâle

Tél. +41 61 271 35 51
Fax +41 61 271 33 38
sekretariat@STOP-SPAM.orl-hno.ch